Ensemble, faisons du handicap une force pour l'emploi

La Voix Eco – lundi 7/11/2011
Crédit Photo : Edouard Bride – Michel-André Philippe a gardé de ses années bourguignonnes un vrai amour des bons vins.

II se définit comme un « éclectique de la solidarité ». Quarante-quatre années au service du paritarisme et de l’assurance, président de l’association sommitale du Groupe Vauban Humanis, président d’associations en faveur de l’emploi des travailleurs handicapés, président de l’URSSAF du Nord, intronisé tout récemment au Conseil économique et social régional, Michel-André Philippe n’a pas fini de faire briller son « éclectisme ». Il y a quelque chose de fascinant chez les autodidactes. Après des années d’études souvent ratées, il y a toujours un moment où une boulimie de travail s’empare d’eux. Comme un acharnement à réussir, en toute indépendance.

Michel-André Philippe ne déroge pas à la règle. Ce fils de gendarme, né aux portes de l’Auvergne, se rêvait avocat. Mais les études n’étaient pas faites pour lui. À 23 ans, alors qu’il finit son service militaire à Dijon, son destin se joue sur un palier d’ascenseur. Il y rencontre un assureur de La Séquanaise (future UAP), qui cherche des commerciaux. C’est ainsi qu’il se lance dans le milieu de l’assurance et de la prévoyance, qu’il ne quittera plus jamais.

Deuxième vie

« J’ai compris alors qu’il fallait que je travaille. » Comme tous ceux qui ont une revanche à prendre sur leurs années perdues, Michel-André Philippe va mettre les bouchées doubles, gravissant tous les échelons, en commençant simple animateur de réseau, allant vendre ses assurances au coeur du terroir bourguignon. « J’y ai appris les gens, l’humilité, et surtout la nécessité de s’adapter . » Il en gardera aussi l’amour des vins et du terroir dont il est un fin connaisseur.

Inspecteur départemental, puis régional, en province, à Paris, à Lille, jusqu’à la fusion Axa/UAP en 1996. « À 55 ans, une deuxième vie commençait pour moi. » Cette fois au sein de Vauban Humanis, groupe paritaire de protection sociale, dont il préside désormais l’association sommitale. « J’y ai appris la gestion paritaire, où tout est négocié. C’est très positif. » De la protection sociale à l’engagement social, il n’y a qu’un pas, que Michel-André Philippe franchit à sa manière. C’est son travail en faveur de l’emploi des travailleurs handicapés, au sein du MEDEF et de différentes associations qu’il préside, comme « Emploi et Handicap Grand Lille ». C’est aussi son investissement au sein d’une fondation dédié aux orphelins. Hommage inconscient à son père lui-même orphelin ? « Sans doute. Mais ce que je sais, c’est que j’ai toujours besoin de voir se construire les choses, d’agir. Je suis un homme exclusivement du concret ». La revanche d’un ancien « laxiste », devenu bâtisseur de sa vie.

PAR JEAN-MARC PETIT

BIOEXPRESS

Marié, deux enfants, Michel-André Philippe est né en 1944 à Saint-Éloy-les-Mines (63). En 1992, il est directeur régional Nord de l’UAP. En 1999, il rejoint Groupe Vauban comme administrateur de Vauban Prévoyance, président en 2003. Aujourd’hui président patronal de l’Association sommitale du groupe Vauban Humanis. Président de l’URSSAF du Nord. Membre du CESER régional au titre de la protection sociale. Président fondateur de l’APFTEH, d’Emploi et Handicap Grand Lille, d’Handiexperh.